09- Le Casque USM1

Publié le par Hubert DENYS

09- Le  Casque USM1

LE CASQUE US M1:

Cette coiffure, appelée Body, est une des pièces importante de l'équipement distribué au GI's qui est devenu l'attribut indissociable de l'apparence du soldat américain. Il l'a constamment sur la tête, comme s'il était vissé dessus, il ne le quitte jamais même pour dormir. Il est vrai que ce casque a une forme confortable très étudiée qui assure une excellente protection de par son profil et surtout par la qualité de la tôle d'acier employée à sa réalisation. En effet, cette tôle est en acier au manganèse Hadfield, matériau qui a la propriété de doubler sa dureté et sa résistance lorsqu'il est pressé à froid.

Origine du casque M1:

En 1941, l'US Army désire que ses équipages de chars d'assaut soient munis de casques antichocs semblables à ceux utilisés par les joueurs de football américain. Le propriétaire du brevet de ce genre de casque, John T. Riddle est contacté par l'US Army. Robert G. Patterson, du ministère de la guerre, cherche depuis 1932 à remplacer le casque plat M1917A1, d'origine britannique, qui est idéal pour les combats de tranchée mais inadéquat en terrain découvert car ne protégeant pas les côtés et l'arrière de la tête. Il souhaite un casque qui serait à la fois fonctionnel, universel, adaptable à toutes les armes que ce soit l'aviation, la marine, l'infanterie ou les parachutistes

Casque plat M1917A1 ,appelé plat à barbe (NA/USA)

Casque plat M1917A1 ,appelé plat à barbe (NA/USA)

 John T.Riddle étudie la question et propose une solution originale:

Un casque se compose de deux parties: Un casque lourd en acier et un casque léger ou liner. Les deux parties s'emboîtent parfaitement l'une dans l'autre pour ne faire qu'une. L'ensemble pèse 1350g. Il est simple, ingénieux car de taille unique (One size fits all), un système d'ajustement à la tête de chaque homme très simple et fonctionnel est incluse dans le liner. C'est ce qui va être à la base de son succès et c'est le seul casque à être conçu ainsi. Ce prototype est dénommé TS-3.

L'US Army décide de faire produire une présérie limitée de 100 casques et fait pratiquer des essais au fort Brenning en Géorgie. Les premiers essais sont concluants, le casque reçoit l'appellation M1. Puis on fait tester le casque par des unités parachutistes et là, les résultats sont moins encourageants. On s'aperçoit vite que la forme profonde de la coiffe offre un effet de levier important aux forces tangentielles, dangereuses pour la colonne cervicale lors d'un impact brutal comme ceux rencontrés lors d'un saut en parachute, occasionnant de nombreux traumatismes. On supprime donc le casque provisoirement. On procède alors à des études d'impacts sur des mannequins, on trouve la raison du défaut et on y apporte la solution: Il suffit de réduire la profondeur du casque de 2" (env. 5 cm.) Après cette modification, il n'a plus eu de traumatismes enregistrés au niveau des vertèbres cervicales occasionnées par le casque.

Le casque lourd USM1 et son liner "haute pression". (NA/USA)

Le casque lourd USM1 et son liner "haute pression". (NA/USA)

Le Liner:

Le liner, appelé "casque léger" par les militaires français, est un dérivé du casque tropical américain qui était fabriqué à partir de feuilles de papier compressées enduites de résines. Il était très efficace pour se protéger du soleil comme de la pluie. La forme de ce casque tropical a été fortement inspirée par celle du casque colonial français Guéneau modèle 1886 qui était fabriqué en particules de liège compressées.

Casque colonial français Guéneau 1886 (ANF)   Casque tropical américain (NA/USA)

Casque colonial français Guéneau 1886 (ANF) Casque tropical américain (NA/USA)

Il y eu 2 sortes de liners qui ont été fabriqués et mis en service dans l'US Army.

Le tout premier à été fabriqué par Hawley Products Company, pour les liners en carton compressé recouvert d'une toile vernie imperméable, et General Fiber Company pour les liners en fibres compressées enduites de résines. Ces deux modèles étaient reconnaissables aux suspensions blanches en toile dénommées "Riddle" (Riddle= claie) fixées par des rectangles de métal nu. Leur jugulaire est composée d'une lanière de cuir  qui se règle avec une boucle rivetée inamovible (Chinstrap Buckle= jugulaire à boucle). Le tour de tête (Sweat Band= bande de transpiration) est réalisée au moyen d'une bande de toile vernie réglable par boutons pressions dont la partie avant est en cuir. Dès 1942, ce liner sera vite abandonné car les fibres qui le composaient étaient trop sujettes à déformations, en particulier à celles dues à l'humidité et à la chaleur, et son Sweat Band se déchirait trop facilement.

Intérieur d'un liner Hawley 1er modèle (NA/USA)

Intérieur d'un liner Hawley 1er modèle (NA/USA)

Le second modèle de liner est identique au premier quant à sa forme et son mode de fabrication. Les différences résident en des transformations des pièces de réglage du tour de tête et de fixations de l'ensemble Sweat Band, Riddle et Chinstrap Buckle. A partir de juin 1942 les suspensions sont Olive Drab n°3 (Olive Drab= kaki) fixées par des plaques en métal ayant la forme d'un A dénommées "A Washers" (A Washers = rondelles en A). Les premières ont été fabriquées en acier nu, puis elles ont été peintes de couleur Olive Drab en 1943 pour finir en laiton anodisé noir en 1944. Leur Sweat band est dorénavant entièrement fabriqué en cuir maintenue par des crochets d'abord en acier nu, puis peints en Olive Drab pour finir en laiton anodisé noir.

Intérieur d'un liner Hawley 2e Modèle (NA/USA)

Intérieur d'un liner Hawley 2e Modèle (NA/USA)

La jugulaire devient amovible grâce à un clip fixé sur le liner. Le système de réglage se fait par une pince métallique.

A cette époque, deux sortes de liner cohabitèrent:

- Les basses pressions: ceux-ci étaient fabriqués uniquement par "The Hood Rubber Company". Ces liners étaient réalisés à partir de simples bandes de fibres de verre imprégnées de résines polymères qui étaient moulées sur des formes

Intérieur d'un liner basse pression (NA/USA)

Intérieur d'un liner basse pression (NA/USA)

-Les hautes pressions: ceux-ci étaient fabriqués par " The Saint Clair Company". Ces liners étaient aussi réalisés à partir de bandes de fibres de verre mais imprégnées de résine de phénol. Ces bandes étaient moulées sur des formes puis pressées à chaud (220°c) pendant 20 minutes. Cette méthode de fabrication avait l'avantage de conférer au liner une meilleure résistance aux chocs, donc une meilleure solidité, mais avait aussi le défaut d'être plus onéreuse à produire.

Intérieur d'un liner haute pression (NA/USA)

Intérieur d'un liner haute pression (NA/USA)

Apparurent ensuite des liners en matière plastique, notamment ceux fabriqués par la firme Westinghouse. La fabrication de ces liners avait l'avantage d'être très rapide par l'injection automatique de la matière à forte pression dans des matrices, d'où une augmentation importante de la production.

Liner en matière plastique (NA/USA)

Liner en matière plastique (NA/USA)

La fabrication du casque lourd:

La fabrication du casque lourd est entièrement automatique. Elle consiste en 27 opérations successives réalisées en 22 minutes. C'est la Mc Cord Radiator Company qui remporte le marché car c'était la seule qui possède des presses adéquates capables d'emboutir à froid l'acier au manganèse Hadfield.

09- Le  Casque USM109- Le  Casque USM1
09- Le  Casque USM109- Le  Casque USM1
09- Le  Casque USM109- Le  Casque USM1
Les différentes étapes de la fabrication des casques USM1 (NA/USA)

Les différentes étapes de la fabrication des casques USM1 (NA/USA)

 Cet accessoire est appelé "steel pot" (pot d'acier) par les GI's et il devient irremplaçable à cause de toutes les possibilités d'utilisation qu'il permet. Il devient tour à tour: casserole pour réchauffer les boîtes de rations, cuvette pour se raser ou se laver, bassine pour la lessive, pelle pour creuser le foxhole, siège, cible pour les tireurs ennemis. Il est cependant une utilisation dont on parle peu mais qui est pourtant courante si l'on en croit le Lieutnant Manuel "Many" Esparza du 7th Infantry Regiment qui relate:

-"C'était quand nous étions cloués par les tirs ennemis dans nos trous individuels et incapables d'en sortir sans se faire tuer que se révélait sa principale utilité. Il n'y avait, pour soulager nos besoins naturels, pas d'autres alternatives que de recourir aux services du steel pot! Que de fois nous y avons fait appel à lui! Et ensuite, un rapide rinçage avec l'eau d'une fontaine ou d'une rivière et le précieux ustensile reprenait sans problèmes sa place sur nos têtes en attendant le prochain déjeuner où il nous réchauffera un bon café!

 

Quelques exemples des diverses utilisations du casque lourd USM1:

 Casque toilette (NA/USA)

Casque toilette (NA/USA)

Casque siège  (NA/USA)

Casque siège (NA/USA)

Casque lessive. (NA/USA)

Casque lessive. (NA/USA)

Casque repas.(NA/USA)

Casque repas.(NA/USA)

Casque pelle. (NA/USA)

Casque pelle. (NA/USA)

Casque cible pour les snipers. Notez la MG42 allemande ( prise de guerre) à côté du GI's  (NA/USA

Casque cible pour les snipers. Notez la MG42 allemande ( prise de guerre) à côté du GI's (NA/USA

Casque marmite pour chauffer l'eau. (NA/USA)

Casque marmite pour chauffer l'eau. (NA/USA)

Production du casque M1:

La production  du casque M1 atteint le chiffre de 22.363.015 unités durant la seconde guerre mondiale. Voici le détail de production annuelle:

1941: 323510

1942: 5 001384

1943: 7 648880

1944: 5 703520

1945: 3 685751

 

 

Avertissements concernant les droits d'auteurs:

Art.L.122-4: Toute reproduction, même partielle, part quelque moyen que ce soit, sans l'autorisation écrite de l'auteur est interdite et illégale.

Art. L.716-9.  Le fait de mettre une œuvre à la disposition du public sur Internet nécessite impérativement l'autorisation écrite de son auteur ou de ses ayants droits

 

Publié dans origine

Commenter cet article