12- L'origine des rations alimentaires dites "rations de combat"

Publié le par Hubert DENYS

12- L'origine des rations alimentaires dites "rations de combat"

LES RATIONS DE COMBAT:

Le jour du débarquement et la dizaine de jours qui suivirent, les GI's n'ont eu pour nourriture que les boîtes de rations K. Celles-ci étaient censées  leur apporter suffisamment de calories et soulager leur faim. Plus tard, au fur et à mesure que les troupes débarquaient et que les positions s'étoffaient, les hommes purent bénéficier des rations B, plus élaborées, et ensuite des rations A.

Les rations K:

En 1941, le département américain à la guerre se pencha sur la question de l'alimentation des hommes lors des combats. Il chargea le docteur Ancel Keys, de l'université du Minnesota, de concevoir un repas prêt à manger, non périssable, léger, individuel et pouvant tenir dans la poche d'un soldat afin d'assurer la subsistance de celui-ci sur une courte durée. Le docteur Keys se rendit dans un supermarché et choisit des aliments peu coûteux mais suffisamment énergétiques tels que des biscuits secs de mer, du saucisson sec, des pâtes de fruits, des barres chocolatées et des bonbons. A partir de ce genre de denrées, il constitua un menu apportant 3200 calories (13400kJ) et qui pesait 28 onces (871g). A noter que ce menu était 3 fois supérieur en  calories à ce qu'un français de l'époque possédait quotidiennement durant l'occupation.

Il a alors testé ce menu sur 6 soldats volontaires d'un régiment d'infanterie voisin, sur une période de 6 jours.

Ces cobayes se montrèrent peu enthousiastes envers ces repas et les ont qualifiés comme étant mangeables, "un mieux que rien qui avaient juste réussi à tromper leur faim et à leur apporter l'énergie nécessaire" mais à condition de n'être utilisées que sur des courtes durées ne devant pas dépasser un maximum de 15 repas.

Le premier prototype de ration a été élaborée par le Subsistance Research Laboratory  pour les troupes aéroportées et ce, à la demande de l'US Army Air Corps au début de la guerre. Il y eu deux versions d'origine, l'une comprenait des biscuits pemmican, une barre d'arachides, des raisins secs et un sachet de bouillon déshydraté, l'autre incluait des biscuits pemmican, une barre chocolatée, de la viande en conserve. La boisson était apportée par de la poudre de citron à diluer dans de l'eau. Elle reçu le nom de "ration de combat"

Ce prototype a rapidement évolué vers un ensemble déjeuner-diner –souper qui se généralisera et deviendra standard. La direction de la subsistance du Quartermaster Corps a modifié certains composants et rebaptisé la ration de combat en ration type K.

Composition de la ration type K:

1°) Petit déjeuner (Breakfast):

-Entrée en conserve (Jambon haché et œufs ou  pain de veau)

-8 biscuits

-Une pâte de fruits ou une barre de céréales

-Des comprimés de purification de l'eau Halazone

-Un paquet de 4 cigarettes + une boîte d'allumettes

- Une tablette de chewing-gum.

-Du café soluble instantané + sucre.

 

Petit déjeuner inclus dans les rations K. (NA/USA)

Petit déjeuner inclus dans les rations K. (NA/USA)

2°) Déjeuner (Dinner):

-Entrée en conserve (Fromage fondu, jambon ou jambon et fromage)

-8 Biscuits

-15 tablettes de lait malté ou 8 caramels

-Sucre et chewing-gum

- Un paquet de 4 cigarettes+ allumettes

- Un sachet de boisson en poudre (arôme citron en 1940, orange en 1943 ou raisin en 1945)

Déjeuner inclus dans les rations K. (NA/USA)

Déjeuner inclus dans les rations K. (NA/USA)

3°) Souper (Supper):

- Conserve de viande (pâté de poulet ou viande de porc/carottes pommes de terre ou bœuf et pain de porc  ou saucisses)

- 4 Biscuits grand format

- Barre chocolatée de 2 onces (63g) de la ration D

-Une barre de chocolat sucré du commerce (climat tempéré) ou une barre tropicale.

-Bouillon (en cube ou en sachet)

-Un paquet de 4 cigarettes + allumettes

-Une tablette de chewing-gum

- Un paquet papier toilette. (Latrine paper)

Souper inclus dans les rations K. (NA/USA)

Souper inclus dans les rations K. (NA/USA)

Au total, les trois boîtes de repas fournissaient entre 2830 et 3000 calories selon les composants. Les rations K ont été produites par la Cracker Company dans le même format que la célèbre boîte de la Cracker Jack Company.

Les rations K étaient enveloppées dans du papier ciré puis emballées dans des caisses en bois contenant 12 rations journalières soit un total de 36 repas par caisses.

L'inconvénient de cette ration était le manque de diversité dans le choix des plats ce qui fait que les soldats s'en lassaient rapidement. Le goût désagréable de certains composants de la ration tels que le pain de gras de porc ou l'hyperacidité de la poudre de citron a fait  que de nombreux hommes les ont jetées, réduisant ainsi leur apport calorique. De plus, elles étaient trop faibles en calories pour des hommes qui devaient être très actifs comme les commandos ou les parachutistes, ou exposés à des températures basses comme ceux qui ont combattu dans les Ardennes en hiver 1944, ce qui a provoqué des cas de malnutrition. Des cas de carences en vitamines C  (scorbut) ont aussi été rapportés par des hommes qui avaient consommé cette ration durant des mois entiers. Il a été fréquemment observé que, lorsque qu'ils en avaient l'occasion, les GI's échangeaient leurs boîtes de rations contre des vivres fraiches (œufs, charcuteries, légumes) auprès de la population civile pour qui elles étaient non seulement une nouveauté mais surtout une aubaine.

Distributions de rations de tous types. (NA/USA)
Distributions de rations de tous types. (NA/USA)

Distributions de rations de tous types. (NA/USA)

Stocks de rations alimentaires en attente à Omaha. et à La Cambe (NA/USA)
Stocks de rations alimentaires en attente à Omaha. et à La Cambe (NA/USA)

Stocks de rations alimentaires en attente à Omaha. et à La Cambe (NA/USA)

LA RATION"B":

La ration B est un véritable repas en boîte. C'est la préférée des soldats. Elle est constituée de viande en conserve ou déshydratée et de toute sorte de légumes soit secs (fèves, haricots, lentilles, riz), soit déshydratés (flocons de pommes de terre, d'avoine) ou encore en conserve (petits pois, carottes, maïs), de pain, de beurre, de confiture, de café et de chocolat au lait, fruits au sirop.

Ces rations étaient préparées dans des moyens de cuissons mobiles tels que roulantes à gaz ou à essence et étaient servies chaudes, soit dans de plateaux alvéolés individuels, soit dans les gamelles individuelles des soldats.

Exemples de plats de la ration B et le plateau dans lequel ils pouvaient être servis. (NA/USA)
Exemples de plats de la ration B et le plateau dans lequel ils pouvaient être servis. (NA/USA)

Exemples de plats de la ration B et le plateau dans lequel ils pouvaient être servis. (NA/USA)

Roulante de campagne à essence américaine (NA/USA)

Roulante de campagne à essence américaine (NA/USA)

Diversité dans le contenu de la ration"B":

La ration B était composée de deux boîtes de base: la B-Units et la M-Units qui permettront de composer 10 plats différents auxquels viendront s'ajouter des céréales, le plus souvent des flocons d'avoine. Ces boîtes pouvaient se décliner en deux contenances: En boîtes 4/4 pour les petites unités ou en boîtes 5/1 pour les hôpitaux de campagne ou les bases arrières éloignées du front.

Les boîtes 4/4 étaient empaquetées dans des cartons cirés contenant 48 boîtes. Elles étaient ensuite conditionnées dans des caisses en bois du même format que les rations K.

 

Cartons de 48 boîtes de ration B 4/4. (NA/USA)

Cartons de 48 boîtes de ration B 4/4. (NA/USA)

La B-Units: (B pour biscuit)

Elle contient des biscuits, des bonbons, du sucre, du café et du lait solubles, du chewing-gum, des barres chocolatées ou de pâtes de fruits. Les cigarettes sont distribuées à part.

 

Vidéo montrant le contenu d'une B-Units de 1943

La M-Units:(M pour Meat=viande)

Elle contient un mélange de viande et de légumes comme par exemple:

La M1: Meat and beans (40% de bœuf, 10% de porc, 20% de haricots blancs ou rouges, 30% de sauce tomate)

La M2: Meat and vegetables Mash (40% de bœuf, 10% de porc, 48% de pommes de terres et 2% d'oignons)

La M3: Meat and vegetables Stew (50% de bœuf, 15% de pommes de terre, 15% de carottes; 8% de haricots rouges, 12% de tomates)

Exemples de rations B 4/4 et leur ouvre-boîte. (NA/USA)
Exemples de rations B 4/4 et leur ouvre-boîte. (NA/USA)

Exemples de rations B 4/4 et leur ouvre-boîte. (NA/USA)

La ration B était souvent accompagnée par du pain américain. Ce pain était très nutritif et très calorique. De plus, il était excellent et très apprécié par les hommes. Il se présentait comme un pain moulé genre pain de mie et était coupé en tranche à la machine. Il était pétri dans un pétrin mécanique puis dosé dans une machine qui pesait la pâte et qui conditionnait les boules. Celles-ci étaient mises à lever dans des étuves dans des moules rectangulaires puis cuites dans un four à pain.

Sa composition est: Farine de blé, farine de riz, saindoux, lait en poudre, sucre, levure chimique et eau.

Pain américain entier et tranché. (NA/USA)
Pain américain entier et tranché. (NA/USA)

Pain américain entier et tranché. (NA/USA)

Distribution de ration B dans un hôpital de campagne (NA/USA)

Distribution de ration B dans un hôpital de campagne (NA/USA)

Des GI's déjeunent sur des caisses de munitions.

Des GI's déjeunent sur des caisses de munitions.

Repas de GI's constitué de rations B (NA/USA)

Repas de GI's constitué de rations B (NA/USA)

GI's mangeant des rations B sans les chauffer (NA/USA)

Cliquez sur les mots "YouTube" pour voir la vidéo ci-dessus

 

A l'heure actuelle, le problème n'a guère changé malgré les progrès de l'industrie alimentaire (dessiccation, lyophilisation etc.) et la ration de combat américaine offre toujours aussi peu de diversité. La meilleure ration alimentaire de combat au monde, celle qui a le plus variété dans ses menus et la qualité des plats proposés, et aussi la plus prisée, est la ration RCIR (Ration de Combat Individuelle Réchauffable) française. Durant la guerre du Golfe, les GI's échangeaient 3 boîtes de ration K contre une RCIR française.

Durant la WWII, lorsqu'on demandait à un GI's en permission ou en repos ce qui lui ferait le plus plaisir, il répondait invariablement : ''  A good thick steak with potatoes and cornbread" (Un bon steack épais avec des patates et du pain de maïs)

Le Réchaud Coleman:

Les soldats percevaient dans leur paquetage , un petit réchaud qui leur permettait d'obtenir une boisson chaude à partir du sachet de bouillon en poudre, de café ou de lait solubles inclus dans leur boîte de ration. Ce petit réchaud était révolutionnaire de part son fonctionnement et sa mise en oeuvre. Son principe est encore utilisé de nos jours.

Lorsque l'intendance américaine présenta à la firme Coleman le cahier des charges de ce que devait être le réchaud , cela semblait inconcevable. L'appareil ne devait pas être plus gros qu'une bouteille isotherme d'une pinte (environ 1 l), être léger mais suffisamment résistant même à l'eau de mer. Il devait pouvoir utiliser n'importe quel combustible et être apte à fonctionner à des températures comprises entre -50° et +50° C.

Moins de deux mois après le début des études, le prototype de l'appareil fonctionnait et était au point. Il fonctionnait pendant 2 h avec seulement 25cl d'essence pour Jeep ou avion ou 5 plaquettes de carburant solide. Ils entrèrent en service en 1942 et équipèrent tous les soldats.

Le réchaud Coleman (NA/USA)

Le réchaud Coleman (NA/USA)

GI's se servant d'un réchaud Coleman pour réchauffer des rations B4/4 (NA/USA)

GI's se servant d'un réchaud Coleman pour réchauffer des rations B4/4 (NA/USA)

Carburant solide pour réchaud Coleman. (NA/USA)

Carburant solide pour réchaud Coleman. (NA/USA)

Ration RCIR française actuelle à titre de comparaison

Ration RCIR française actuelle à titre de comparaison

LES RATIONS DE TYPE "A"

On ne peut pas dire que ce type de repas était à proprement parler des rations puisqu'ils étaient préparés dans des cuisines classiques montées sous tentes, par des vrais cuisiniers avec des légumes et des viandes ou autres denrées acquises sur place.

Les plats étaient évidemment plus élaborés que ceux des boîtes mais il n'était pas rare que les cuisines chargées de préparer ces plats fassent encore appel aux boîtes de rations "B" 5/1 lorsque les réfrigérateurs faisaient défaut ou que la difficulté de se procurer des vivres fraiches, dans des pays où la guerre et l'occupant avait tout saisi, se fasse sentir.

Il est à noter que l'abondance de vivres en conserves de l'armée américaine, qui pratiquait souvent le gaspillage, a été une aubaine et une source de compléments alimentaires pour bon nombre de populations civiles.

 

 

Avertissements concernant les droits d'auteurs:

Art.L.122-4: Toute reproduction, même partielle, part quelque moyen que ce soit, sans l'autorisation écrite de l'auteur est interdite et illégale.

Art. L.716-9.  Le fait de mettre une œuvre à la disposition du public sur Internet nécessite impérativement l'autorisation écrite de son auteur ou de ses ayants droits

 

Publié dans origine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article