07- Le Cimetière américain de Colleville-sur-mer

Publié le par Hubert DENYS

07- Le Cimetière américain de Colleville-sur-mer

Ce cimetière se situe sur la commune de Colleville-sur-mer, dans le Calvados. Le terrain, d’une superficie de 70 ha, qui surplombe la plage d’Omaha, a été concédé à perpétuité par le gouvernement français au gouvernement américain, selon la formule consacrée :" En témoignage de la reconnaissance de la France envers le sang versé." Les propriétaires des  terrains réquisitionnés ont été indemnisés par l'Etat Français à hauteur de 12000 francs, de l'époque, par hectare. Le cimetière est donc considéré comme étant territoire américain mais ne bénéficie pas de l'exterritorialité. Les premiers corps ont été exhumés à partir du 27 octobre 1947 du cimetière de La Cambe et le premier corps à été inhumé définitivement le 4 novembre 1948 dans le cimetière actuel.

 Préparatifs du terrain:

Les travaux de nivellements du terrain commencent en 1947. Le cimetière est orienté Est/Ouest et la surface allouée aux tombes est de 10,7 ha. Le cimetière n°3 est situé sur le même terrain que le cimetière actuel  mais légèrement décalé par rapport à celui-ci. Si on se réfère aux photos d'époque, le cimetière devait occuper approximativement les parcelles B, D, F du cimetière actuel.

Engins de terrassement utilisés pour aplanir et préparer le terrain destiné au cimetière de Colleville sur mer. (NA/USA)

Engins de terrassement utilisés pour aplanir et préparer le terrain destiné au cimetière de Colleville sur mer. (NA/USA)

Maintenant que le terrain est alloué définitivement, la décision est prise de regrouper toutes les corps inhumés dans de petits cimetières provisoires disséminés en Normandie (Blosville, Ste Mère Eglise, Marigny, Le Chêne Guérin, St James etc.) en deux cimetières permanents et définitifs : Colleville et St James (implanté sur la commune de Montjoie St Martin). Le cimetière de Colleville (indûment appelé cimetière de St Laurent par les Américains) recevra toutes les dépouilles relatives aux combats de Normandie et recevra le nom de "Normandy Military  Cemetery "  et celui de St James regroupera toutes les dépouilles des combats de Bretagne et recevra le nom de "Brittany Military Cemetery". La décision est entérinée officiellement le 20 octobre 1947. Seuls les américains regrouperont les sépultures de leurs hommes en un cimetière unique.

 

Le premier corps a été exhumé du cimetière de La Cambe le 27 octobre 1947 pour être inhumé au cimetière n° 3 de Colleville. On a profité de ce transfert pour mettre les corps qui étaient encore inhumés avec des linceuls dans des cercueils. Les croix ou étoiles de David accompagnent le cercueil et seront réimplantées à Colleville dans l'attente des marqueurs en marbres. 3070 corps seront ainsi transférés.

Les cercueils en attente de recevoir les corps (NA/USA)

Les cercueils en attente de recevoir les corps (NA/USA)

Le cimetière provisoire de Colleville-sur-mer. Les croix sont encore en bois mais les piquets nominatifs ont disparus. Remarquez quelques-uns des bateaux coulés pour former les blockships au large de la plage (NA/USA)

Le cimetière provisoire de Colleville-sur-mer. Les croix sont encore en bois mais les piquets nominatifs ont disparus. Remarquez quelques-uns des bateaux coulés pour former les blockships au large de la plage (NA/USA)

Le cimetière provisoire de Colleville. La construction du cimentière actuel a commencée et on aperçoit la grue au fond, à droite de la photo (NA/USA)
Le cimetière provisoire de Colleville. La construction du cimentière actuel a commencée et on aperçoit la grue au fond, à droite de la photo (NA/USA)

Le cimetière provisoire de Colleville. La construction du cimentière actuel a commencée et on aperçoit la grue au fond, à droite de la photo (NA/USA)

Le cimetière provisoire. Les croix sont encore en bois et les allées ne sont pas  tracées (NA/USA)

Le cimetière provisoire. Les croix sont encore en bois et les allées ne sont pas tracées (NA/USA)

Le rapatriement des corps aux USA.

Lorsque les Américains décidèrent de transférer les corps de leurs soldats des cimetières provisoires de Normandie à celui de Colleville sur mer, ils commencèrent le rapatriement des corps de leurs soldats dont la famille souhaitait le retour au pays. Des courriers avaient été adressés dans ce sens à toutes les familles concernées à partir de janvier1947. Le début des exhumations de La Cambe en vue du rapatriement eu lieu le 11 septembre 1947.  Entre temps 2800 caisses  de transport accompagnées de 28 tonnes d'équipements  funéraires arrivent à Cherbourg en août 1947.

Les privates Martin et William Jackonse se préparent à exhumer les corps de ces deux tombes isolées pour les transférer au cimetière de Colleville sur mer (NA /SA)

Les privates Martin et William Jackonse se préparent à exhumer les corps de ces deux tombes isolées pour les transférer au cimetière de Colleville sur mer (NA /SA)

Processus de rapatriement:

Les corps sont exhumés un à un par une équipe des Quartermasters Graves Registration composée d'un embaumeur et deux assistants dont un Medic. Chaque équipe ne procède pas à plus d'une exhumation par jour. Seuls les corps réclamés par leur famille font l'objet de cette préparation.

-Le corps est sorti du cercueil provisoire ou extrait de son linceul. Le corps est examiné par l'embaumeur qui constate et note le degré de l'état de décomposition, ceci en vue d'un éventuel embaumement.

- Le corps est préparé avec du formol et reçoit des produits désodorisants.

- Le corps est mis dans un linceul neuf, prévu à cet effet, mieux adapté que le Body-bag dans lequel il était jusqu'alors.

- De nouvelles plaques d'identification sont gravées dont une restera attachée au corps (logée le plus souvent dans la bouche ou la boite crânienne du défunt)

- Le corps est déposé dans un cercueil en fonte d'aluminium anodisé, recouvert de bronze sur l'extérieur, pesant 90kg.

- Le cercueil est verrouillé par 24 vis et reçoit un sceau en cire attestant l'inviolabilité.

- Ce cercueil est mis dans une caisse de transport en bois spéciale appelée "Shipping Case"

La croix de bois, le piquet, l'ancien cercueil, le linceul ainsi que tout objet ayant séjourné dans la tombe sont incinérés. La tombe reçoit de la chaux vive avant d'être comblée.

 

Le cercueil (B) et sa caisse de transport (A). NA/USA)

Le cercueil (B) et sa caisse de transport (A). NA/USA)

Un premier bateau, le SS. Robert F. Burns, chargé de 5600 cercueils quitta le port de Cherbourg le 4 novembre 1947. Un autre bateau, le SS. Joseph V. Conolly, chargé de 6251 cercueils lui succéda en partant d'Anvers. Il devait couler le 29 janvier 1948  dans l'Atlantique Nord lors de son retour, avec son chargement de cercueils vides, suite à un incendie à son bord, dû à une fuite d'huile, survenu le 12 janvier 1948. Les rapatriements cessèrent le 8 juillet 1948 et 34874 corps avaient rejoint leur patrie.

 

Les caisses contenant les cercueils sont chargées à bord du SS. Joseph V. Conolly (NA/USA)
Les caisses contenant les cercueils sont chargées à bord du SS. Joseph V. Conolly (NA/USA)

Les caisses contenant les cercueils sont chargées à bord du SS. Joseph V. Conolly (NA/USA)

Le SS. Joseph V. Conolly quitte Anvers. (NA/USA)

Le SS. Joseph V. Conolly quitte Anvers. (NA/USA)

Les premiers corps des soldats tombés en Normandie arrivent à Central Park, le 26 octobre 1947. (NA/USA)

Les premiers corps des soldats tombés en Normandie arrivent à Central Park, le 26 octobre 1947. (NA/USA)

La majeure partie des corps américains est transportée à bord de bateaux pour être rapatriés et inhumés aux Etats-Unis. Certains feront le trajet en caissons frigorifiques. Ici, c'est un navire français de la Marine Nationale qui se charge du transfert (NA /USA)

La majeure partie des corps américains est transportée à bord de bateaux pour être rapatriés et inhumés aux Etats-Unis. Certains feront le trajet en caissons frigorifiques. Ici, c'est un navire français de la Marine Nationale qui se charge du transfert (NA /USA)

Sépulture, avec les honneurs militaires, du corps d’un soldat rapatrié aux Etats-Unis (NA/USA)
Sépulture, avec les honneurs militaires, du corps d’un soldat rapatrié aux Etats-Unis (NA/USA)

Sépulture, avec les honneurs militaires, du corps d’un soldat rapatrié aux Etats-Unis (NA/USA)

Vue aérienne du cimetière militaire américain de Colleville-sur-mer. Au premier plan, le péristyle en arc de cercle masque la statue colossale. Le Mur des Disparus délimite l'arc de cercle situé derrière ce péristyle. Au centre, la chapelle. A droite, la plage d’Omaha. (Col. Privée)

Vue aérienne du cimetière militaire américain de Colleville-sur-mer. Au premier plan, le péristyle en arc de cercle masque la statue colossale. Le Mur des Disparus délimite l'arc de cercle situé derrière ce péristyle. Au centre, la chapelle. A droite, la plage d’Omaha. (Col. Privée)

LE CIMETIERE ACTUEL

Ce cimetière a été conçu suivant les plans des architectes Harbeson, Hough, Livingston et Larson. L'espace paysager a été arrangé par Markley Stevenson qui a fait en sorte que, de n'importe quel angle, on voit une rangée de croix. Commencé en 1952, il a été inauguré le 13 juillet 1956 par le président René Coty et par le général Marshall. Son coût a été de 37 millions de dollars. Il se compose de 10"carrés" d'environ 1000 tombes. 9387 soldats, hommes et femmes, tombés durant les combats de Normandie y reposent. Il est à noter que la plupart des corps reposants dans ce lieu ont subi au moins 3 exhumations et 4 inhumations.

Plan du cimetière américain de Colleville-sur-mer. (ABMC)

Plan du cimetière américain de Colleville-sur-mer. (ABMC)

Dans ce cimetière:

Un père repose aux côtés de son fils: Le Colonel REED Ollie W (175th Infantry, 29th US Division. Inhumé Block E, Allée 20, Tombe 19. Le 1rst Lt REED Ollie W. Jr (363rd Infantry, 91rst US Division. Inhumé Block E, Allée 20, Tombe 20.

-Dans 33 cas, ce sont deux frères qui reposent l’un à côté de l’autre. Le cas le plus émouvant est celui de village de Bedford  (450 habitants à l’époque) en Virginie, qui a reçu 19 télégrammes le même jour, annonçant chacun le décès d’un enfant du village, sur les plages d’Omaha, soit 4,23% de la population.

-4 femmes sont inhumées dans ce cimetière. Elles se nommaient:

Elisabeth Richardson: civile de la Croix-Rouge américaine, de l'Indiana. Décédée le 25 juillet 1944. Inhumée Block A, Allée 21, Tombe 5

Sgt V.A.C Browne Dolorès: Matricule A 125448 du Connecticut. Décédée le 13 juillet 1945. Inhumée Block F, Allée 13, Tombe 19

PFC V.A.C Bangston Mary H: Matricule A207949 de New-York. Décédée le 8 juillet 1945. Inhumée Block D, Allée 20, Tombe 16

PFC V.A.C Barlow Mary J: Matricule A 130463 du Connecticut. Décédée le 8 juillet 1945. Inhumée Block A, Allée 19, Tombe 30.

Le neveu du président de la république américain, Théodore Roosevelt, Medal of Honor, y repose lui aussi

Elizabeth A. Richarson, une des 4 femmes inhumée au cimetière et sa tombe (NA/USA)

Elizabeth A. Richarson, une des 4 femmes inhumée au cimetière et sa tombe (NA/USA)

- Deux tombes portent une date antérieure au 6 juin 1944 : le 5 décembre 1943.

Il s’agit des tombes de deux hommes d’équipage d’une forteresse volante abattue par la FLAK allemande et qui s’écrasa à proximité de Colleville-sur-mer. Ils avaient sauté en parachute mais leur lourde combinaison de vol les avait maintenus sous l’eau dans laquelle ils s’étaient noyés. Six autres membres de l’équipage furent retrouvés, complètement calcinés, dans les décombres de l’appareil et ont été enterrés par les Allemands au cimetière civil de la commune avec les honneurs militaires. (Anecdote rapportée par Franz Gockel dans son livre "Das Tor zur Hölle" page 70)

Toutes les tombes, parfaitement alignées, sont orientées vers les Etats-Unis d’Amérique. Elles sont en marbre blanc de Lasa, en Italie. Ce marbre fut privilégié par rapport à celui de Carrare car, à qualité égale, le coût de chaque croix était inférieur (l'équivalent de 27€ contre 46 € pour celui de Carrare) et inférieur au coût du granit. Chaque stèle est soit en forme de croix latine, soit en forme d’étoile de David, en fonction de la confession du défunt.

 Quelques tombes ont des inscriptions en lettres d’or dont celles de Jimmie W. Monteith Jr, de Théodore Roosevelt, neveu de l'ancien président des Etats-Unis car ce sont des hommes qui ont reçus la Médaille d’Honneur du Congrès, une des plus hautes distinctions américaines équivalentes à notre Légion d' Honneur, à titre posthume, pour leur courage à Omaha Beach.

La tombe du  1rst Lieutnant Jimmie W Monteith, Medal Of Honor

La tombe du 1rst Lieutnant Jimmie W Monteith, Medal Of Honor

Il est à noter que sur aucune croix ou étoile n'est mentionné la date de naissance ou l'âge du soldat tué. Les seules mentions inscrites concernent le nom et le prénom sur la 1e ligne, le grade et le corps d'armée sur la 2e ligne, l'état d'origine et la date du décès sur la 3e ligne. La raison de ce choix est le manque de place sur la croix. Au pied et au dos de la croix ou de l'étoile, au ras du sol, figure le N° de la tombe. Pour les 307 soldats dont l'identité n'a pas été retrouvée, la croix, ou l'étoile, porte la mention:

" Here rests in honored glory; (Ici repose dans la Gloire et dans l'Honneur)
A comrade in arms ; (Un compagnon d'armes)
Known but to God; (Connu de Dieu seul)

La mention "A comrade in arms" a été préférée à "An American soldier"

La tombe d'un soldat inconnu.

La tombe d'un soldat inconnu.

-L'ordre de l'implantation des tombes est aléatoire

-Sur les 9387 hommes inhumés dans ce cimetière, 842 ont été tués le 6 juin 1944 dont 30 à la Pointe du Hoc. 165 appartenaient à la 29thID, 104 étaient de la 1rst ID (Big Red One), 135 étaient de la 101rst Airborne.

La dernière inhumation dans ce cimetière a eu lieu le 24 mars 1995

Implantation des croix

Avant le creusement des premières tombes définitives, on procède à l'implantation des croix mais les croix elles-mêmes ne seront installées qu'en 1951/52, après que tous les corps soient définitivement ensevelis.

Lors de l'établissement des cimetières américains suite à la première Guerre Mondiale dans le nord de la France, les Américains avaient connus des problèmes lors de l'implantation des croix. En effet, celles-ci avaient été implantées de façons identiques sans tenir compte de la nature du terrain environnant. Après quelques temps, certaines de ces croix s'étaient affaissées, d'autres manquaient de stabilité entrainant des travaux de réparations très onéreux afin d'assurer la sécurité des visiteurs. Les architectes américains ont retenus la leçon et ont fait en sorte de ne pas être confrontés aux mêmes problèmes  aussi, de grands moyens vont être mis en œuvre:

- Creusement d'une tranchée de 50 cm de large sur 50 cm de profondeur en tête des tombes sur toute la largeur du terrain.

- Pose de plots cubiques en béton de 20cm de côté espacés de 6 m chacun, ce qui nécessitera 3500 plots

- Coulage de poutrelles en béton de 30cm x 25 reliant les plots entre eux. Une longueur de 19 km de béton  sera coulée.

- Après vérification des alignements au cordeau, du respect des intervalles et de la paralléléité par des ingénieurs américains, les chevilles en bronze assurant la fixation des croix sont posées sur les poutrelles en béton. Ce sera une entreprise de travaux publics parisienne qui sera chargée des travaux. Ceux-ci faciliteront grandement le creusement et l'orientation des tombes.

 

Schémas d'implantations des croix.
Schémas d'implantations des croix.

Schémas d'implantations des croix.

Excavatrice creusant les tranchées qui serviront à implanter les croix. Elle était prévue à l'origine pour les travaux de rénovation de Cherbourg. (NA/USA)

Excavatrice creusant les tranchées qui serviront à implanter les croix. Elle était prévue à l'origine pour les travaux de rénovation de Cherbourg. (NA/USA)

Capsule intemporelle:

A l'entrée du cimetière, scellée au ras du sol, se trouve une plaque en bronze portant la mention:" In memory of General Dwight D. Eisenhower and the forces under his command, this sealed capsule containing news reports of the June 6, 1944. NORMANDY LANDING is placed here by the newsmen who were there. June 6, 1969" (En mémoire du Général Dwight D. Eisenhower et des forces sous son commandement, cette capsule scellée contenant les bulletins des nouvelles du débarquement en Normandie le 6 juin 1944, a été placée ici par les journalistes qui étaient présents. Le 6 juin 1969.)

Cette capsule temporelle est destinée à être ouverte pour le 100e anniversaire du jour J, le 6 juin 2044.

La capsule intemporelle à l'entrée du cimetière. (Col.privée)
La capsule intemporelle à l'entrée du cimetière. (Col.privée)

La capsule intemporelle à l'entrée du cimetière. (Col.privée)

Le Péristyle:

A l’entrée du cimetière est érigé un péristyle semi-circulaire, en pierre de Vaurion, sur lequel est gravée l’inscription: "My eyes have seen the glory of the coming of Lord "(Mes yeux ont vus venir la gloire de Dieu). Au centre de ce péristyle est érigée une statue en bronze sculptée par Donald De Lue, d’une hauteur de 7 m qui symbolise la jeunesse américaine émergeant des flots.

La statue colossale mesurant 7 m de hauteur est en bronze

La statue colossale mesurant 7 m de hauteur est en bronze

Derrière ce péristyle se trouve le Mur des Disparus où sont inscrits les noms des 1557 soldats dont on n’a jamais retrouvé les corps.

Le mur des Disparus

Le mur des Disparus

LA CHAPELLE:

A peu près au 2/3 du cimetière est érigée une chapelle circulaire construite en pierre de Vaurion (Côte d'or) avec des marches en granit de Ploumanac’h (Côtes d’Armor). Une frise peinte sur les murs est ornée de la médaille d’Honneur du Congrès. Le plafond comporte une mosaïque réalisée par le new-yorkais Léon Kroll. Elle représente l’Amérique bénissant ses fils qui partent délivrer l’Europe et la France Reconnaissante qui dépose une couronne de lauriers sur un soldat tombé pour sa Liberté. L’autel est en marbre des Pyrénées.

 

La Chapelle (NA/USA)

La Chapelle (NA/USA)

Détails de la mosaïque du plafond de la chapelle :En haut : L’Amérique (symbolisée par la statue de la Liberté et son flambeau tenu par un ange) bénit ses fils qui vont délivrer l’Europe. En bas : La France reconnaissante (avec son bonnet phrygien) met une couronne de lauriers sur la tête d'un soldat tombé pour sa Liberté.
Détails de la mosaïque du plafond de la chapelle :En haut : L’Amérique (symbolisée par la statue de la Liberté et son flambeau tenu par un ange) bénit ses fils qui vont délivrer l’Europe. En bas : La France reconnaissante (avec son bonnet phrygien) met une couronne de lauriers sur la tête d'un soldat tombé pour sa Liberté.

Détails de la mosaïque du plafond de la chapelle :En haut : L’Amérique (symbolisée par la statue de la Liberté et son flambeau tenu par un ange) bénit ses fils qui vont délivrer l’Europe. En bas : La France reconnaissante (avec son bonnet phrygien) met une couronne de lauriers sur la tête d'un soldat tombé pour sa Liberté.

L'autel à l'intérieur de la chapelle (NA/USA)

L'autel à l'intérieur de la chapelle (NA/USA)

Ce cimetière est entièrement à la charge des Etats-Unis et est régi par "l’American Battle Monument Commission." Une équipe d’une quinzaine de jardiniers travaille à temps complet à l’entretien. A chaque évènement important (Memorial Day, commémoration de la date anniversaire etc.) chaque tombe est ornée de deux petits drapeaux, l’un Américain, l’autre Français. Tous les soirs, les couleurs américaines et françaises, qui flottent chacune sur un grand mât situé de part et d'autre de la pièce d’eau, sont amenées. La sonnerie: "TAPS " retentit, suivie par le "God bless América" (Dieu bénit l’Amérique) qui résonne au carillon. Enfin "La Cloche du Souvenir" tinte toutes les secondes pendant une minute, soit 60 fois.

Le cimetière, lors de la commémoration du "Memorial Day", le 27 mai 2007

Le cimetière, lors de la commémoration du "Memorial Day", le 27 mai 2007

Machine utilisée pour le nettoyage des pierres tombales en 1968. (Col. Privée)

Machine utilisée pour le nettoyage des pierres tombales en 1968. (Col. Privée)

Le cimetière actuel peu avant son inauguration en juillet 1956. (NA/USA)

Le cimetière actuel peu avant son inauguration en juillet 1956. (NA/USA)

LES PERTES EN VIES HUMAINES DURANT LA BATAILLE DE NORMANDIE

PERTES AMERICAINES :

Les Américains ont débarqué environ 2 millions d’hommes durant la bataille de Normandie.

Le 6 juin, ont pris pied sur le sol français :

-La 4th Division US : 23 250 hommes à Utah Beach

-Les 82nd et 101rst Airborne : 15 500 hommes à Utah Beach

-Les 29th et 1rst Division US (La Big Red One) 34 250 hommes à Omaha Beach.

Les 2 cimetières américains comptent 9 387 tombes pour Colleville-sur-mer auxquels il faut ajouter les soldats du Mur des Disparus soit 1 557 hommes, plus 4 410 tombes pour le cimetière de St James, ce qui fait 15 353 hommes. Mais souvenons-nous que près de 70% des soldats américains tués ont été rapatriés aux Etats-Unis

On n’a jamais pu chiffrer le bilan exact des morts américains en Normandie mais on l’estime globalement à 52 000 hommes, ce qui reste relativement peu comparativement aux pertes allemandes, mais ce qui reste un chiffre astronomique. Sans vouloir "minimiser" le sacrifice des autres nations alliées ayant participées à la campagne de Normandie, ce sont les Américains qui ont payés le plus lourd tribut à la reconquête de la France. La plage alliée qui a occasionnée le moins de victimes est celle d’Utah Beach qui a eu "seulement" 194 morts.

Durant la  seconde guerre mondiale, les Américains ont dénombrés 206 677 morts.

PERTES ALLEMANDES :

Contrairement aux Américains, les Allemands, pourtant plus proches géographiquement de la France que les Etats-Unis, n’ont que peu rapatrié leurs soldats. On ne connaît pas la raison à cette constatation. Sur le sol de la seule Normandie, il a été dénombré à l’heure actuelle 77 936 morts Allemands mais ce nombre augmente chaque année car on découvre encore des corps de soldats qui ont été tués de façons parfois sommaires en des lieux inconnus de tous. Certains anciens membres de la Résistance révèlent parfois des tombes cachées. On évalue à 140 000 le nombre de blessés allemands et à 210 000 hommes, le nombre des prisonniers de guerre durant la campagne de Normandie.

Les principaux cimetières allemands en Normandie sont :

La Cambe : 21 222 tombes

Huines-sur-mer 11 956 tombes

Marigny-La Chapelle-Enjuger : 11 169 tombes

Orglandes : 11 152 tombes

St Désir de Lisieux : 3 735 tombes

 Total : 59 234 tombes + 1 995 tombes des divers autres cimetières = 61 229 tombes

PERTES ANGLAISES :

Le 6 juin, les Britanniques ont débarqués :

-La 50th Division Britannique à Gold Beach : 24 970 hommes

-La 3rd Division Britannique à Sword Beach : 28 990 hommes

-La 6th Airborne 7 990 hommes

Les principaux cimetières britanniques en Normandie sont :

Banneville-Sannerville : 2 175 tombes

Bayeux : 4 648 tombes dont 466 Allemandes et 7 Russes

               1 807 disparus inscrits sur le Mémorial

Brouay : 377 tombes

Cambes-en-Plaine : 224 tombes

Chouin : 40 tombes

Douvres-la Délivrandes : 927 tombes + 182 tombes Allemandes

Fontenay-le-Pesnel : 520 tombes+ 323 tombes Allemandes

Hermanville-sur-mer : 986 tombes

Hottot-les-Bagues 965 tombes + 132 tombes Allemandes

Ranville : 2 151 tombes +323 tombes Allemandes

Ryes-Bazenville : 630 tombes + 328 tombes Allemandes

St Manzieu-Norrey : 2 186 tombes

Secqueville-en-Bessin : 117 tombes + 18 tombes Allemandes

Tilly-sur-seules : 1 224 tombes + 223 tombes Allemandes

St Charles de Percy : 792 tombes

St Désir de Lisieux : 469 tombes         

Total : 19 338 tombes Britanniques + 1 995 tombes Allemandes et 7 Russes

PERTES CANADIENNES :

Le 6 juin, ont débarqué à Juno Beach

La 3e Division Canadienne : 21 400 hommes

Les principaux cimetières canadiens sont :

Bény-sur-mer : 2 043 tombes

Cintheaux : 2 958 tombes.

Total : 5 001 tombes

PERTES POLONAISES :

Le principal cimetière polonais est à :

Lanhgannerie : 650 tombes

PERTES FRANCAISES:

Le Commando Kieffer a perdu 21 hommes et a eu 93 blessés.

 

Toutes ces pertes ne prennent pas en compte celles de la marine et de l’aviation.

Globalement, les pertes alliées pour la seule bataille de Normandie sont estimées ainsi :

77 650 morts dont :

52 000 Américains

20 000 Britanniques

5 000 Canadiens

650 Polonais

16 000 disparus

200 000 blessés.

LES PERTES ALLEMANDES :

85 000 morts et disparus

140 000 Blessés

210 000 prisonniers

Sous la dénomination "Allemande", sont incluses les nationalités polonaises, hongroises, biélorusses, tchèques, mongoles indoues etc., incorporés de force dans les unités allemandes.

Sans oublier le lourd tribut payé par la population civile française qui a été de plus de 50 000 morts parmi lesquels il y eu des femmes et des enfants : 20 000 dans le Calvados, 14800 dans la Manche, 4200 dans l'Orne et 3000 dans l'Eure

Quoiqu’il en soit, il est plus qu’évident que cet épisode de notre histoire a coûté un lourd tribut à nos Alliés et aussi à la population civile qui a subi cette période avec courage et stoïcisme. A nous de faire en sorte qu’une telle hécatombe ne se reproduise plus en faisant connaître ces événements à notre descendance et en honorant la mémoire de toutes les victimes de ce désastre.

Malgré ces pertes, les Français restent reconnaissants du sacrifice de leurs Alliés. La bannière dit: "Longue vie à l'Amérique, longue vie à la Liberté. Les Français remercient les soldats américains (NA/USA)

Malgré ces pertes, les Français restent reconnaissants du sacrifice de leurs Alliés. La bannière dit: "Longue vie à l'Amérique, longue vie à la Liberté. Les Français remercient les soldats américains (NA/USA)

Phrase prononcée par le président de la République René Coty lors de l'inauguration du cimetière de Colleville sur mer

Phrase prononcée par le président de la République René Coty lors de l'inauguration du cimetière de Colleville sur mer

Avertissements concernant les droits d'auteurs:

Art.L.122-4: Toute reproduction, même partielle, part quelque moyen que ce soit, sans l'autorisation écrite de l'auteur est interdite et illégale.

Art. L.716-9.  Le fait de mettre une œuvre à la disposition du public sur Internet nécessite impérativement l'autorisation écrite de son auteur ou de ses ayants droits

Publié dans débarquement

Commenter cet article